Lac Fagnant

Figure 1. Carte géologique de la région du lac Fagnant et de ses environs. En médaillon : Localisation de la propriété Lac Fagnant située à environ 55 km à l’est de Kuujjuarapik. Géologie modifiée de Sabourin (1961).

Figure 2. Localisation des échantillons aurifères historiques (cercles jaunes) par rapport aux indices répertoriés dans SIGÉOM. Les échantillons prélevés en 2018 par Harfang et ayant donné des valeurs aurifères sont indiqués par les losanges bleus.

INFORMATION GÉNÉRALE

  • Propriété couvrant 2 267 ha (48 claims) et détenue en partenariat par Harfang (40%), Kenorland Minerals (40%) et Troilus Gold Corporation (20%) (33N02); royauté pour 5 claims partagés entre Geotest Corporation et Wayne Holmstead
  • Située au Nunavik (Québec) à environ 55 km à l’est de Kuujjuarapik et à 160 km au nord de Radisson; la majorité des titres miniers se trouvent sur des Terres de Catégorie II
  • Accessible par voie aérienne (hélicoptère ou hydravion)
  • Partie nord-ouest de la ceinture de roches vertes Great Whale (Sous-Province de Bienville, Province du Supérieur); surtout constituée de basalte et de roches clastiques et orthochimiques (formation de fer) (Groupe de Fagnant); péridotite, gabbro et roches volcaniques et intrusives felsiques en quantité mineure; faciès des schistes verts aux amphibolites; à proximité du gisement de fer Great Whale (538 Mt @ 36,7% Fe, ressources non conformes aux standards de l’ICM tel que requis par le NI 43-101)
  • Ceinture séparée en deux branches composées d’abondantes roches basaltiques; la bande volcanique orientale semble plutôt fraîche et non déformée alors que celle à l’ouest a subi de la déformation régionale depuis une faible schistosité jusqu’à de forts cisaillements; le patron structural suggère que la ceinture a subi une déformation polyphasée; les zones aurifères connues sont surtout présentes dans cette bande occidentale
  • La lithologie encaissante correspond habituellement à des basaltes schisteux contenant des minéraux d’altération comme la biotite, la séricite, la muscovite, le quartz, l’amphibole, la chlorite, le grenat et rarement l’andalousite; les sulfures incluent la pyrite disséminée et/ou l’arsénopyrite avec des quantités mineures de pyrrhotite et de chalcopyrite
  • Les travaux d’exploration historiques se sont limités à de la prospection, de la cartographie géologique, un levé aéroporté Mag-EM et un levé PP-résistivité
  • Il n’y a jamais eu de forages

FAITS SAILLANTS

  • Plus de 30 indices aurifères; les meilleurs échantillons ont donné entre 1,07 et 47.03 g/t Au sur des largeurs submétriques à l’exception d’un intervalle qui a donné 3,66 g/t Au sur 8,8 m (indice Esker A); la majorité des sites minéralisés correspondent à des zones d’alteration mésothermale, d’autres styles de minéralisation incluent des veines à quartz-sulfures et polymétalliques
  • Les sites aurifères sont majoritairement alignés le long de 2 couloirs NO-SE (Esker et Cuesta) d’une longueur excédant 1 km et d’une largeur atteignant jusqu’à 100 m chacun; le couloir Esker est caractérisé par une association avec des métaux de base (forte corrélation Au-Pb, ±Ag-As-Cu-Zn-Sb-Cd); le couloir Cuesta se distingue par une association Au-As et Au exclusivement; une association Au-Cu existe pour les échantillons récupérés à l’ouest de ces couloirs
  • Les levés de géophysique ont détecté des anomalies qui nécessitent un suivi soit par décapages mécaniques, soit par forage
  • Les plissements complexes et les linéaments structuraux cartographiés et interprétés à partir de la signature magnétique ainsi que les lithologies riches en fer comme les formations de fer et les basaltes représentent des pièges physico-chimiques pour la précipitation de l’or